Appel à tous les bretons résidant à Londres
02 Mars 2017
 

Appel à tous les bretons résidant à Londres

 

Notre commission de prospective Kavadenn (qui signifie « découvertes ») étudie actuellement l’opportunité d’installer une antenne de l’association des cadres bretons à Londres, "sixième ville française" et sans aucun doute front pionnier de la présence bretonne au Royaume-Uni où s'affairent innovateurs et créatifs à construire les alternatives sur lesquelles le futur pourra s’appuyer.

Dans cette actualité, un groupe de travail effectue des déplacements, auditionne des personnalités et vous donne la parole.

Nous lançons un appel auprès de tous les réseaux bretons, individuels ou collectifs, chercheurs, cadres dirigeants, entrepreneurs, porteurs de projets innovants, jeunes actifs…

Si vous souhaitez participer à nos sphères de réflexion, prendre contact auprès de : kevin-lognone@cadres-bretons.org

Dans un monde où les talents sont nomades, cette expérimentation a vocation à devenir une sorte de poisson pilote, une boîte à idées qui :

- ira au fond des dossiers ;

- contribuera à la détection d’opportunités d’investissement, de partenariat et d’échanges technologiques entre la Petite Bretagne et la Grande-Bretagne ;

- procédera au benchmarking d’autres entités afin d’y puiser les points forts et permettre de les adapter à de nouvelles stratégies de territoire pour le sixième département breton (diaspora) ;

- sera une sorte de capteur actif.

Bref, c’est une commission à « INVENTER ».

Crise suicidaire ou Renaissance collective ? Le Brexit et la refondation de l'UE interpellent et bousculent toutes les formes d'échanges : économiques, financiers, touristiques, scientifiques, éducatifs, culturels... avec la Bretagne et bien au-delà. Le Conseil régional de Bretagne vient à ce titre de lancer une étude pour mesurer les impacts de notre relation avec notre plus proche voisin : seulement 183 km et un espace maritime partagé qui séparent Roscoff et Plymouth.

Si le Brexit constitue un saut dans l'inconnu, pour les conquérants bretons il représente certainement une "nouvelle frontière" riche en défis et en innovations. Ce terme de "nouvelle frontière" a été utilisé pour la première fois par JF. Kennedy, très conscient de ses origines irlandaises. Dans son discours d'investiture, il prononça : "Nous sommes aujourd'hui devant une nouvelle frontière - une frontière de possibilités inconnues ... Au-delà de cette frontière, s'étendent les champs inexplorés de la science et de l'espace, des problèmes non résolus de paix et de guerre, des poches d'ignorance et de préjugés non encore réduites, et les questions laissées sans réponse de la pauvreté et des surplus."

Innover ou disparaître de l'échiquier transmanche ? La Bretagne peut certainement jouer un rôle de carrefour des transitions (les anglais appelleraient ça :"transition circus") dans ce nouveau contexte, en renouant avec l'esprit pionnier des co-fondateurs du CELIB et de l'ACB qui ont su en permanence inventer et innover lors de crises européennes : réseau des "autoroutes de la mer" de la Brittany Ferries, coopération Arc Atlantique ou encore "Free French Banking" initiée à Londres, par René Pléven, pendant la seconde guerre mondiale.